Tag Archives: LesPlumes

Les Plumes

4 Fév

Offre-moi

Offre-moi le bruissement de l’étoffe qui s’effeuille,

S’ensuivra le craquement de l’éclair qui subit.

Je veux sentir le goût de la pomme qui se cueille.

Offre-moi  l’effleurement de la main qui salit,

S’ensuivra les doléances de la peau qui supplie.

Offre-moi le baiser qui fait naître le désir,

Mets-le juste là,qu’il fasse fuir la pudeur.

Mes gémissements te feront promettre de ne pas désobéir,

La saveur de mon honneur te fera renier la candeur.

Mène mon faux combat.

C’est notre vrai trophée

Que tu trouveras.

Offre-moi les caresses qui annoncent la cambrure,

Laisse-les libres d’explorer, laisse-moi en profiter.

Ne reste pas à l’embrasure, fais durer la torture.

Offre-moi les griffures de mon plaisir exalté,

S’ensuivra les sévices d’un corps percuté.

Offre-moi l’odeur de ton ventre en sueur,

Sur ma bouche poses et déposes  ta condamnation.

Mes mains impatientes ne demanderont pas de douceur.

L’absence de tes doigts me fera te demander pardon.

Mène mon faux combat.

C’est notre vrai trophée

Que tu trouveras.

Jure-moi de tes gestes ma toute proche petite mort,

Tu en redemanderas encore.

Montre-moi comment le frisson marque le creux des reins.

Ne t’arrête pas pour ton propre bien.

Offre-moi de prononcer les mots qui te seront étrangers,

Mets-les juste là, qu’ils aident mes ongles à t’érafler.

Je te promus Juge de paix,

Aucune chance pour que tu me joues la fille de l’air.

Je t’ai déjà rendu sursitaire.

Tu trouveras…

Mention légale:

Sauf mention contraire, l’ensemble de ce site relève des législations française et internationale sur le droit d’auteur et la propriété intellectuelle, notamment par les dispositions de l’article L122-4 du Code de la Propriété Intellectuelle. Toute reproduction de son contenu est interdite sans autorisation préalable.

Il est donc absolument obligatoire de rentrer en contact en commentaires avec l’auteur pour pouvoir utiliser l’intégralité ou une partie de son texte.

Publicités

Les Plumes

19 Jan

Cueilleur de merde

Dans notre matrice consommuable,

Qui chercherait à être un gentleman ?

Tout est à vendre, c’est une manne.

Vous réclamez le licencieux,

Je ne fais que vous offrir les prétentieux.

Posez-moi la question de l’éthique,

Je vous répondrai par le mensonge du journalistique.

Qu’ils viennent pleurer leurs préjudices imaginaires,

Qu’ils me fassent l’honneur de le faire  devant mon œil tortionnaire

Dieu n’aurait pu mieux faire.

 

Je suis le cueilleur de merde.

Epargnez-moi vos mines dégoutées,

C’est à vous que je donne la béquée.

Je suis le cueilleur de merde.

Faites l’économie de bavardages,

Mes chers petits coprophages.

 

Les flashes en mitraillette,

L’œil en bandoulière,

Rendez-vous est pris avec la cuvette.

Il me faudra jouer des coudes avec mes confrères,

C’est que la proie attire bon nombre de mes pairs.

Du simple sourire sans réelle valeur marchande,

A la mort et son gros lot qui m’attendent,

Je prendrai tout ce qui passera.

Addiction, sexe, divorce, dépression, en public on espèrera.

Je m’arroge leur pudeur

Me riant des reproches, plus hypocrites tu meurs.

 

Je suis le cueilleur de merde.

Epargnez-moi vos mines dégoutées,

C’est à vous que je donne la béquée.

Je suis le cueilleur de merde.

Faites l’économie de bavardages,

Mes chers petits coprophages.

 

Je ne suis qu’appareil.

Désormais incapable de recevoir les visages,

Pour immortaliser La situation, je n’ai pas mon pareil.

La meute se rassemble, c’est bon présage.

L’instantané en définition.

Je ne demande aucun pardon.

La mère, ôtes tes mains du visage de ta fille,

Je prends accès à son lit de mort, je ne suis pas un monsieur.

Jeune oiseau chanteur, la célébrité te déplume

Ne poses pas les draps aux fenêtres, nous ne sommes pas comme eux.

On ne sait jamais où la traque nous mènera.

Ce que l’on sait c’est que peut être sous un pont elle finira.

ArWeeN.N

Mention légale:

Sauf mention contraire, l’ensemble de ce site relève des législations française et internationale sur le droit d’auteur et la propriété intellectuelle, notamment par les dispositions de l’article L122-4 du Code de la Propriété Intellectuelle. Toute reproduction de son contenu est interdite sans autorisation préalable.

Il est donc absolument obligatoire de rentrer en contact en commentaires avec l’auteur pour pouvoir utiliser l’intégralité ou une partie de son texte.

Lire la suite

LesPlumes

3 Déc

Ce soir, je regarde la victoire de l’automne

Reconnaissant d’être enfin l’orphelin de mon idéal.

J‘ai mis du temps à délaisser ce racoleur Saint graal,

Du temps pour comprendre qu’il n’y rien à trouver.

Toute la beauté ne réside que dans le fait de chercher.

La vie m’a appris à mourir.

Mieux vaut en sourire.

Même si nous finissons toujours par subir,

Il n’y a rien à retirer dans le statut de martyre.

Laissons aux braves gens le soin de nous punir.

Je tire ma révérence.

Je suis sur ma propre fréquence.

Peut être m’y retrouverai-je,

Blanc comme neige ?

Ce soir, j’observe s’enfuir l’absolution,

Dallas Green sera mon seul pardon.

Le vent de la nuit modèlera petit à petit,

La mort de tout conflit.

Je n’ai plus le temps de prendre le temps.

J’irai débusquer le moindre ton intimident,

Pour en faire mon confident.

La vie est ici et maintenant.

Une fois que l’ombre est implantée

Nous n’avons d’autre choix que de profiter.

Je tire ma révérence.

Je suis sur ma propre fréquence.

Peut être m’y retrouverai-je,

Blanc comme neige ?

Ce soir, je souris à la rédemption,

Ainsi qu’à ses petits lardons.

Que de manières putassières,

Pour celle qui se voudrait être à tous notre mère !

J’ai décidé d’être fidèle à mes propres rêves.

Il est grand temps qu’ils me parachèvent.

Que la bonne morale ne me revienne pas,

Je ne la mérite pas.

Qui sait par quelle fenêtre demain je regarderai ?

Il n’y a qu’une option, ne rien présager.

ArWeeN.N

Mention légale:

Sauf mention contraire, l’ensemble de ce site relève des législations française et internationale sur le droit d’auteur et la propriété intellectuelle, notamment par les dispositions de l’article L122-4 du Code de la Propriété Intellectuelle. Toute reproduction de son contenu est interdite sans autorisation préalable.

Il est donc absolument obligatoire de rentrer en contact en commentaires avec l’auteur pour pouvoir utiliser l’intégralité ou une partie de son texte.

LesPlumes

22 Nov

Nouveau texte, toujours proposé par ArWeeN.N. Petit rappel, « LesPlumes » est un lieu qui permet aux auteurs de faire partager leurs textes.

Blue Eyed Toy,

Où crois-tu aller ? Sur ma toile tu ne trouveras pas d’échappatoire.

Comment crois-tu t’enfuir? Sur papier glacé, tu es mon exutoire.

Tu es ce que j’ai envie que tu sois, mes envies te domineront,

Tu ne t’appartiens déjà plus, mes jouissances te possèderont,

Sans mon papier je meurs.

Parce qu’il vaut mieux fantasmer,

Intouchable, my blue eyed boy.

Parce qu’il vaut mieux goûter,

Malléable, my blue eyed toy.

Alors que les autres croient t’approcher dans le 7ème monde,

Je dispose de toi, quand bon me semble sous la ronde.

Qu’elles hurlent, qu’elles se battent, qu’elles se tortillent, qu’elles se prostituent.

Ici, c’est toi la pute.

Dans leur cacophonie folle, elles gémissent hystériques.

Je grandis seule dans mon silence de ton aphasie.  Enchaînant mon mystique.

Le dieu soumis se prosterne devant sa prêtresse,  esclave de mon appétence inassouvissable.

Je vis de ton regard aveugle, je respire ton souffle inventé, tu te fais tant désirable.

Dans ma bulle hermétique, j’halète de te savoir à portée, vêtu du costume que je t’ai dessiné.

Les rêves sont fidèles mais tu ne partages pas les mêmes. Pourquoi leur donnerais-je une portée ?

Sans mon papier, je meurs.

Parce qu’il vaut mieux fantasmer,

Intouchable, my blue eyed boy.

Parce qu’iI vaut mieux goûter,

Malléable, my blue eyed toy.

Tu trouveras du plaisir dans la soumission puisque sans un geste tu me petit-tues.

Un dernier souffleet je m’aperçois que c’est finalement toi l’ensorceleur? Pourquoi me forces-tu ?

Détenant les rennes dans ta cage de papier, je te veux autant que je te déteste.

Pourquoi ne me vois-tu pas ? Je me perds dans le test.

Tu me restes énigmatique alors que je te détiens jusqu’à la dernière once.

Mangeant ton humanité en ôtant la mienne, je ne trouve pas de réponse.

Nous aurons pour cimetière mon pan de mur et c’est dans mon illusion que nous finirons,

Parce que demain nous recommencerons.

Sans mon papier, je meurs.

Parce qu’il vaut mieux fantasmer,

Intouchable, my blue eyed boy.

Parce qu’iI vaut mieux goûter,

Malléable, my blue eyed toy.

Mention légale:

Sauf mention contraire, l’ensemble de ce site relève des législations française et internationale sur le droit d’auteur et la propriété intellectuelle, notamment par les dispositions de l’article L122-4 du Code de la Propriété Intellectuelle. Toute reproduction de son contenu est interdite sans autorisation préalable.

Il est donc absolument obligatoire de rentrer en contact en commentaires avec l’auteur pour pouvoir utiliser l’intégralité ou une partie de son texte.

LesPlumes

16 Nov

“LesPlumes”, petit coin perdu de la blogosphère est destiné à mettre en contact  des auteurs qui auraient l’envie de faire partager leur texte, et pourquoi pas de les mettre à disposition des musiciens en panne d’inspirations niveau texte. On inaugure donc cette rubrique avec un texte de ArWeeN.N:

Offre-moi

Offre-moi le bruissement de l’étoffe qui s’effeuille,

S’ensuivra le craquement de l’éclair qui subit.

Je veux sentir le goût de la pomme qui se cueille.

Offre-moi  l’effleurement de la main qui salit,

S’ensuivra les doléances de la peau qui supplie.

Offre-moi le baiser qui fait naître le désir,

Mets-le juste là,qu’il fasse fuir la pudeur.

Mes gémissements te feront promettre de ne pas désobéir,

La saveur de mon honneur te fera renier la candeur.

Mène mon faux combat.

C’est notre vrai trophée

Que tu trouveras.

Offre-moi les caresses qui annoncent la cambrure,

Laisse-les libres d’explorer, laisse-moi en profiter.

Ne reste pas à l’embrasure, fais durer la torture.

Offre-moi les griffures de mon plaisir exalté,

S’ensuivra les sévices d’un corps percuté.

Offre-moi l’odeur de ton ventre en sueur,

Sur ma bouche poses et déposes  ta condamnation.

Mes mains impatientes ne demanderont pas de douceur.

L’absence de tes doigts me fera te demander pardon.

Mène mon faux combat.

C’est notre vrai trophée

Que tu trouveras.

Jure-moi de tes gestes ma toute proche petite mort,

Tu en redemanderas encore.

Montre-moi comment le frisson marque le creux des reins.

Ne t’arrête pas pour ton propre bien.

Offre-moi de prononcer les mots qui te seront étrangers,

Mets-les juste là, qu’ils aident mes ongles à t’érafler.

Je te promus Juge de paix,

Aucune chance pour que tu me joues la fille de l’air.

Je t’ai déjà rendu sursitaire.

Tu trouveras…

Mention légale:

Sauf mention contraire, l’ensemble de ce site relève des législations française et internationale sur le droit d’auteur et la propriété intellectuelle, notamment par les dispositions de l’article L122-4 du Code de la Propriété Intellectuelle. Toute reproduction de son contenu est interdite sans autorisation préalable.

Il est donc absolument obligatoire de rentrer en contact en commentaires avec l’auteur pour pouvoir utiliser l’intégralité ou une partie de son texte.

%d blogueurs aiment cette page :