Oren Barzilay – concert dans un salon

3 Jan

J’avais déjà eu la chance de voir Oren Barzilay jouer à Paris au Sofar d’octobre dernier et même si les concerts Sofar sont une expérience tant formidable qu’exceptionnelle, que chaque Âm-AteURs devrait au moins un jour tenter, j’étais restée sur ma faim en ce qui concerne Oren. C’est donc avec grand plaisir que je suis retournée le voir se produire dans un salon parisien pour assister cette fois ci à son show complet.

C’est à la suite d’une expérience forte et intime, Oren a été victime du syndrome Guillain-Barré, que ce jeune homme originaire de Tel-Aviv a conceptualisé son album qu’il a appréhendé à la manière d’un one-man show, d’un conte à narrer sur les planches. Car c’est une histoire qu’Oren Barzilay nous raconte. Et quelle histoire! La sienne. Celle d’un homme prisonnier un temps de son corps, paralysé de la tête au pied. Ses mots ont le poids de l’introspection relatée à postériori. Son histoire est profonde et sincère, en découle une musique qui suinte d’authenticité. Si le bonhomme aime, voire revendique la théatralité de son show, ne comptez pas sur lui pour verser dans le pathos. Son histoire pourrait être perçue comme difficile mais Oren est passé maitre dans l’art de la résilience. On sourit quand il nous explique qu’à toute chose malheur est bon, et qu’entre les 4 murs de sa chambre d’hopital, il a trouvé l’amour, le vrai. Quand les infirmières venaient ryhtmiquement verser dans ses veines, je cite « du pur paradis ».

Fortement influencé par l’univers des cabarets, Oren privilégie des scènes uniques, des salons et théatres. Avant chaque morceau, il nous dessine de ses mots le chemin qui l’a guidé vers cette chanson en particulier. Il nous offre l’observation de son parcours artistique. Nous montre le schéma, la génèse de ses compositions. C’est sa force. Le petit quelque chose qui donne à son spectacle tout son cachet singulier.

Voici la vidéo de « The Saddest man alive ». Excusez la qualité bien pourrie de cette vidéo, mon appareil n’avait vraisemblablement pas apprécié le climat sybérien de Paris.

(Vous retrouverez sur le blog dans la semaine la video de son interview)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :